Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Cape Maclear, un cap pas si clair...


Nous sommes arrives au Cape Maclear dans l'espoir de se reposer des 5 jours consecutifs de velo lors desquels nos jambes nous ont rappele qu'elles n'etaient plus habitues aux grosses randonnees...


Nos autres desirs etaient de profiter des activites nautiques diverses offertes aux nombreux touristes presents (kayak, snorkelling, plongee) dans des eaux qu'on nous avaient promises turquoisement paradiasiaques.

 

Le lever du soleil sur le cap


On a bien snorkelle et kayake (moyennant quelques dizaines de dollars) mais dans des eaux passablement troubles qui nous font dire que ce spot touristique est bien surcote. A moins que la saison joue un role, etant en hiver, on a subi un fort vent donc le lac etait bien agite et par consequence les eaux troublees de particules de vase. Donc conseil gratuit aux futurs voyageurs : faites le cap pendant l'ete austral.


Neanmoins, la visite du cap vaut le coup, ne serait-ce que pour l'arrivee sur la peninsule qui offre un panorama et un climat tres differents des environs. Avant de rejoindre les rives du lac, c'est quasiment la savane avec la chaleur accablante et la poussiere qui vont avec... ainsi que les singes qu'il est tres frequent de croiser au detour de la piste. Les iles qui sont croisent a une encablure du cap offrent elles une nature sauvage et presque inaccessible. Elles ne sont habites que par quelques babouins, petits mammiferes et egalement de migons oiseaux que nos guides d'un jour ont appates avec du poisson jete depuis le bateau. Cette seance etait aussi impressionnante qu'inattendue : juste apres s'etre restaures sur une ile durant notre journee de snorkelling et avant le retour au cap, nos guides se sont mis sans nous prevenir a siffler en direction du sommet de la colline que forme l'ile et a jeter du poisson de friture a l'eau. Le temps de nous demander a quel jeu ils jouaient, on a vu plonger du haut de l'ile, tour a tour, des gros rapaces qu'ont a reconnu comme aigle et faucon. L'aigle, plus prompt, s'est regale du poisson encore flottant, tandis que le faucon, frustre ou reconnaissant a fonce sur le bateau pour froler son toit de toile. Clotilde, aux premieres loges (ou en premiere ligne) en tremble encore... Il fallait bien ca pour egayer cette journee de snorkelling avare de soleil, de poisons multicolores et de fonds clairs.


La demi-journee de kayak suivante a ete beaucoup plus satisfaisante. Plus de soleil, moins de vent, moins de monde ; on s'est deniche une plage minuscule et vide ou on a pu faire un peu de farniente. Quand je dis vide, c'est sans compter les 2 pecheurs qui sont venu faire leur pause pipi (voire ...) derriere un rocher mais a 5 metres de nous... faut pas se formaliser, c'est la nature...

Au rayon bizzareries, le cap nous a offert la decouverte d'un charmant vendeur de superbes cartes postales prenomme Shakespeare. En passant, les cartes postales illustrent la vie quotidienne malawite au moyen de patchworks de tissus de l'artisanat local. Pour revenir a Shakespeare, il nous explique que son grand-pere lui meme prenomme William et fan de l'auteur anglais a donne a son fils le noms Romeo qui lui-meme a prenomme ses enfants Juliet, Othello, Hamlet et donc Shakespeare. Faut oser...

C'est donc apres 3 jours de repos qu'on a repris la route vers Lilongwe.

 

(Olivier)

 



Publié à 14:10, le 2 août 2011 dans News, Journal de bord, Cape Maclear
Mots clefs :
Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Le retour du Guilhem

Coucou a tous.

 

Comme je vous le disais dernièrement, l'aventure est terminée pour moi. Je suis revenu en France après un retour finalement pas si fade.

Le depart prévu de blantyre à 8h en bus se fera finalement à ..... 9h30 et oui tous les sièges étaient pleins à 8h30..... malheureusement il s'agissait d'un bus équipé d'une barre de maintien au plafond il a donc compléter les 65 places assises de 25 places debout !!!!

 Enfin une fois plein, un pasteur plein d'énergie nous a gratifié d'un sermon inspiré et virulent dans une langue malheureusement incompréhensible pour moi. Ler preche finit il à fait la quête avant de descendreà la ville suivante. 

Du coup je suis arrivé à 15h à Lilongwe, ou le reste est passé très vite. Un peu de shopping pour finir les devises locales, un peu de cuisine dans le Musafa Lodge bien équipé, Taxi jusqu'a l'aéroport et pis quasiment 24h d'avion en comptant les pauses. 

 

Voilou bonne lecture à tous et pis bonne continuation pour les trois valeureux restants. Croyez moi je pense bien à vous !!!!



Publié à 15:58, le 28 juillet 2011 dans News, Journal de bord, Foix
Mots clefs :
Commentaires (7) | Ajouter un commentaire | Lien

Des souris et des hommes...

Nous quittons donc a regret la confortable maison de Paul (on aime profiter des bons soins du gouvernement allemand) pour reprendre la route, tant bien que mal, malgre les horribles courbatures dues a la randonnee (en fait le velo c'est bien mais ca ne fait pas travailler tous les muscles). Guilhem nous double en bus... Entre Mulenge et Blantyre il y a 90km, les deux tiers sont plutot plats avec un vent favorable, donc ca menage nos gambettes. On fait connaissance avec les Malawites (Malawiens? Malaouins?) du bord des routes qui nous saluent tous en anglais (gros avantage par rapport au Mozambique, les gens parlent tres bien la langue de Shakespeare... a ce propos, voir ci apres) et les enfants sont hysteriques en nous voyant et chantent et dansent en scandant "azungu, azungu"... oui ce n'est plus tout a fait "mzungu"...tout ceci restant fort sympathique (il y a meme un moment ou, un local nous suivant a velo, les enfants se sont mis a scander "azungu" suivi de "acuba" = noir).  L'arrivee a Blantyre est bien plus sportive: ca ne fait que monter et descendre... On s'installe dans un camping (on aurait du camper dans le jardin de 7 etudiants anglais rencontres lors de la randonnee, mais on a eu un souci pour se joindre au telephone et on les a rates) et nous allons a la recherche d'un bon resto pour feter dignement le depart de Guilhem le lendemain. La ville est tres moderne: de grands buildings en verre, des feux de circulation respectes, des belles rues bordees de vrais trottoirs....bref, soiree agreable.

Le lendemain, on part pour Zomba, ancienne capitale du pays. La route est tres sympa, un peu vallonnee mais pas trop et peu de vent. Beaucoup de villages au bord des routes (densite tres forte dans ce petit pays tres rural), mais les villages sont beaucoup moins beaux qu'au Mozambique. En revanche, les paysages naturels sont plus varies et plus verts (pour le moment). Sur la route, nous faisons des decouvertes interessantes sur les moeurs culinaires de nos nouveaux hotes: tout d'abord, au Malawi, il semble qu'il soit courant, voire normal, de faire secher la viande (gros quarts de boeuf) et le poisson sur les calandres des minibus... pas besoin de vous dire a quel pont les routes sont poussiereuses! On etait deja a moitie vegetarien du fait de la difficulte a trouver de la viande fraiche... on est completement convaincus desormais! Mais le must de la gastronomie locale, ce sont ces ravissantes et exotiques brochettes de souris (ou de poussins) vendues par des enfants sur le bord de la route: yomi yomi!!! Evidemment on n'en a pas achetees, mais on se demandait si ca ne valait pas le coup, rien que pour la photo... le plus drole, c'est que les gens ont honte de dire qu'ils aiment manger des souris!!!

Nous arrivons a Zomba: la ville n'a aucun interet, mis a part quelques vieilles demeures coloniales tres defraichies. En revanche, elle est surplombee par un plateau (qui culmine a plus de 2000m) d'ou l'on voit toute la region. L'endroit a l'air tres agreable et on y passerait bien la nuit en camping: probleme, on a toujours super mal aux jambes (plus jamais de randonnee!) et pour y monter c'est 5 a 8 km a 8%... apres 80km c'est inenvisageable! On cherche donc un pick up qui nous monterait moyennant finance... mais il y a une crise d'approvisionnement en petrole dans le pays depuis quelques semaines (et une emeute ayant fait 30 morts dans la capitale) et ceux qui ont un reservoir plein nous demande des sommes ahurissantes. Nous renoncons donc au plateau. (et on a bien fait car on n'aurait pas pu dormir dans nos petits duvets). 

 

De belles plantes...

 

Les deux etapes qui suivent ont ete particulierement faciles: nous sommes tous les trois d'accord pour dire que ce sont les plus faciles depuis le debut. Belle route asphaltee, descente puis relief plat (on s'approche du lac Malawi), vent favorable (on va vers le nord et le vent dominant vient du sud)... les paysages naturels changent beaucoup et deviennent tres secs: on a l'impression parfois de revenir dans la savane du debut (les accacias et les girafes en moins) et il fait de plus en plus chaud. Nous passons deux nuits dans deux campings tres agreables:  l'un en bord de riviere, avec des hippoppotames qui mugissaient pas loin, l'autre au bord du lac, avec une belle plage et aussi des hippo (c'est un peu angoissant de les entendre si bien, mais en fait je crois surtout qu'ils ont la voix qui porte loin). 

Ce jour la, on a rencontre Loic et Rachel un couple de jeunes maries franco belge qui font le tour du Malawi a velo... tres sympas et avec une bonne experience du voyage a velo en Afrique (Madagascar et surtout les parents de Rachel, 60 ans passes, font 2 mois de velo chaque annee dans un pays d'afrique different. La, ils sont en Ouganda!)

Derniere journee avant d'arriver au Cape Mc Lear (gros spot touristique au bord du Lac Malawi, dont tout le monde nous parle depuis Dar es Salaam) ou l'on va se poser 4 jours. Les 60 premiers km se font tres vite (bonne route, vent dans le dos), les 15 derniers en revanche c'est une autre histoire: piste sablonneuse et gondolee et surtout relief tres marque. Le paysage est a couper le soufle... mais a vrai dire c'est plutot le pourcentage des 3 ou 4 belles montees qui nous l'a coupe!

 

Eva dans une pente a 15%

 

L'arrivee sur le lac vers 15h quand le soleil commence a descendre est sublime: l'eau est doree autour des dizaines d'iles  du lac qui est grand comme la mer.

Clotilde



Publié à 14:29, le 27 juillet 2011 dans News, Journal de bord,
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Les Bronzes font de la rando

Bonjour a tous !!!

 

Nous sommes donc arrives au Malawi, a Mulange plus exactement et le mont du meme nom nous domine de toute sa Hauteur alors que nous buvons une petite biere dans notre hotel. Le massif se dresse de maniere abrupte sur plus de 1000m juste au pied des plantations de the verdoyantes .On est sous le charme du lieu.

On a prevu deux jours de randonnee et donc de passer une nuit dans un petit refuge samedi soir avant de redescendre dimanche. 

On part donc le matin aux alentours de 10h avec 1300m de denivele au programme.Mais quels 1300m !!! Apres avoir traverse les plantations de the, on s'engouffre dans la foret dense qui nous protege du soleil mais pas des efforts.Tres vite le chemin se raidit copieusement et la montee se revele eprouvante. Nous arrivons tout de meme en haut assez vite et on decouvre un immense plateau d'herbes hautes entoure de petits sommets.

 

ça tire la langue dans la montée 

 

 Le vent nous fouette le visage et malgre le soleil on apprecie les polaires. Le reste du trajet jusqu'au refuge est presque plat et on arrive vers 15h. Cette fois on a trouve un guide qui ne nous parle pas de sa vie. D'ailleurs il ne nous parle pas non plus de la faune. Ni de la flore. Ni de la montagne........ Bref il nous parle pas du tout quoi ....bon pourquoi pas apres tout..... sauf qu'il ne nous dit rien de ce qu'on pourrait eventuellement faire de plus ......

On n'est pas seuls et il y a pas mal de Mzungus!! Du coup on discute, on boit du the, chacun se prepare sa popote autour du feu, on echange des numeros.Certains vivent a Blantyre et proposent de nous heberger. On peut meme acheter des bieres !!!!!Bref on passe une bien agreable soiree.

Le lendemain, depart a 7h dans la brume pour faire le sommet du coin perche a 2355m. On sort doucement de la brume pour se rechauffer aux rayons du soleil. Manque de pot, le vent est encore de la partie et pas qu'un peu. Les bourrasques glaciales sont vraiment fortes et on ne s'attarde pas au sommet meme si la vue sur le malawi est sublime. Une petite mer de nuage vers le sud, une longue plaine parsemee de sommets qui emergent  par ci par la, On en prend plein les mirettes.

 

vue panoramique sur le mont 

 

On pense que le  reste sera agreable, 1800 m de descente non stop.  Naifs que nous sommes. Nous ne sommes pas a velo et la descente s'annoncera finalement bien plus usante pour l'organisme que la montee. On arrive tout flageoleant en bas pour attendre un minibus local qui tarde a arriver. On s'etire mais on sent bien que les courbatures vont etre difficiles a eviter. Pour autant on ne regrette pas nos efforts et le charme de Mulange a fait son effet.

On retrouve ensuite Paul, un jeune allemand de 22 ans qu'on a rencontre a Ilha de Mozambique et qui nous a propose le gite chez lui a Mulange. Apres quelques emplettes on va boire l'apero chez lui dans une superbe maison avec un beau jardin qui surplombe les plantations.On apprend qu'elle est  louee par le gouvernement allemand pour la somme de 100euros par mois tout compris, meme les services de la femme de menage ......

 Apres un Mafe bien nourrissant, on ne tarde pas a retrouver les lits, fatigues par cette journee. Ces satanees courbatures nous donnent un air de petits vieux mais on ne renonce pas a faire le trajet pour blantyre des le lendemain.

Voilou, la suite pour de nouvelles aventures sans moi. Il est temps pour moi de rentrer en France apres trois mois de voyage a travers l'afrique. A plus tard tout le monde. Je serais a present le plus fervent commentateur du blog, hahaha!!!

Guigui.

 



Publié à 11:53, le 25 juillet 2011 dans News, Journal de bord, Blantyre
Mots clefs :
Commentaires (5) | Ajouter un commentaire | Lien

Out of Mozambique

Nous avons donc quitte Ilha de Mozambique, ses plages, ses couchers de soleil, ses immeubles vieillisants, aux couleurs patinees par le soleil...et ses langoustes! la traversee du pont fut epique: vent de face super fort...3km en 30 minutes.... reccord de lenteur.

 Nous reprenons donc la route que l´on connait deja pour rejoindre Namialo, que l´on connait deja et dormir dans un hotel que l´on connait deja...rien de bien excitant!!!A Namialo nous faisons quelques emplettes... de beaux tissus: au Mozambique les femmes portent des pagnes dans des tons marron/vert/turquoise...c´est tres beau et tres specifique a cette region. Ici, quasiment aucune femme n´est habillee a l´europenne,les hommes en revanche oui... et c´est parfois tres drole car beaucoup achetent des t shirt sur de petits marches locaux, or quelle ne fut pas notre surprise de croiser des hommes avec un t shirt "avec carrefour tout est possible" ou bien "les pages jaunes, la meilleure facon de trouver", mais les deux vainqueurs sont: le t shirt "kim je ne sais quoi for president" avec une photo d´un coreen et surtout le faire part de mariage imprime sur t shirt avec la photo de l´heureux couple...donc maintenant quand vous donnerez des vetements a un organisme charitable,vous ferez attention a ne pas donner des trucs trop ridicules! Enfin la lecon a en tirer c´est surtout que l´on fait des dons et que quelque part en route le concept de gratuite se perd...

 

Bref, nous arrivons a Nampula le lendemain sans difficulte.... Guilhem vend son velo a Uwe, le proprietaire du super hotel de Ilha, et nous achetons des tickets de bus pour aller a Mocuba, car c´est trop loin pour que l´on puisse y aller a velo, alors meme que Guilhem a son avion au Malawi le 27 et que notre visa expire le 28. Le responsable de la gare routiere nous dit de revenir a 17h avec les trois velos afin de les charger dans le bus qui part a 3h du matin (voila une chose que l´on ne va pas regretter du Mozambique)

Nous arrivons donc a 17h...innocents europeens que nous sommes... et les velos sont mis dans le bus, avec beaucoup de soin et de precaution, a  20h30...nous avons donc attendu tres longtemps au bar de la gare... et il n´y avait meme pas de biere!!!

Donc depart du bus a 3h tapante... sauf qu´il sort de Nampula deux heures plus tard car il y a plusieurs arrets de bus. Le trajet est bien meilleur que ceux effectues en Tanzanie car le bus est meilleur, tout le monde est oblige de mettre ses bagages en soute et chaque siege est attribue a une personne seulement (sauf les enfants) ...en revanche, il y a tellement peu de transport ici que le bus sert de taxi et que l´allee du bus est  vite pleine de passagers debout.

Nous sommes a Mocuba a 12h... et impossible de partir pour le Malawi avant 5h le lendemain matin.

A 4h nous sommes donc avec nos velos a la gare de chapas (pick up qui servent de taxi) et nous chargeons les velos et nos bagages et montons a l´arriere avec trois americaines. 

Comme le bus a Nampula, le chapas ne part en fait qu´a 6h car il attend d´etre plein pour partir...or toute la question est: a partir de quand un pick up est il plein? Nous nous retrouvons vite a 18 passagers avec des bagages et plein de bebes ecrases...le trajet dure 5 heures et est tres eprouvant car  la piste est assez dure (quoique bien meilleure que la piste entre la frontiere avec la Tanzanie et Mocimboa) et le chapas s´árrete sans cesse pour prendre de nouveaux passagers...nous sommes aux bonnes places, derriere la cabine du chauffeur, ce qui nous evite de recevoir plein de poussiere en plus de subir le froid. Une mere de famille monte avec ses trois enfants...au bout de 15 minutes un des trois est malade et vomit sur une des americaines... mais personne ne demande a s´arreter, donc on continue. Lorsqu´élle descend elle prend chacun de ses enfants un par un par le bras pour le poser par terre et se met a sortir tous les pagnes de ses pauvres bagages pour nettoyer le vomi qui s´est malencontreusement renverse partout quand elle s´est levee...personne ne l´aide  (nous on est loin et coince on ne peut pas bouger) et la on se dit que notre voyage est finalement assez confortable.

 Nous arrivons a Milanje ou nous renfourchons nos velos pour quelques km pour arriver a la frontiere...Guilhem prend un taxi velo: c´est assez drole a voir mais le gars s´en sort tres bien avec ce grand gaillard sur le porte bagage.

Le passage de la frontiere est tres rapide compare a la derniere fois...sortir du mozambique est donc plus facile que d´y rentrer! Pour le Malawi il n´y a meme pas besoin de visa et les policiers sont tres souriants et cool... ca fait bien plaisir!

Donc nous voila au Malawi pour trois semaines...et nous commencons par trois jours a Mulange pour faire de la randonnee...car on se disait que l´on n´avait pas assez fait de sport ces derniers temps....

 

les plantations de thé nous accueillent au Malawi 

 

Clotilde



Publié à 11:22, le 22 juillet 2011 dans News, Journal de bord, Nampula
Mots clefs :
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien