Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Orange Mozambique

Autres Pays, autres moeurs, depuis notre arrivee au Mozambique, les fruits se font beaucoup plus rares et on a perdu notre amour de Blue Band, remplacee par d'autre margarine je vous rassure.

On ne trouve donc plus que des oranges et des bananes, heureusement ces dernieres sont excellentes et c'est notre nourriture de base avec du pain pour tenir la journee.

Sinon Les avocats et les mangues c'est finits, les ananas pas tout a fait on a en trouve deux fois depuis qu'on est descendu dans le sud alors on a espoir d'eviter le Scorbut.

Sinon on trouve toujours sans probleme Riz/tomate/oignons et meme des pates sans aucun probleme ici et plutot bonnes en plus !!!

Donc notre quotidien n'as pas franchement ete bouleverse mais les avocats nous manquent. 

Les pensions sont aussi presentes qu'en tanzanie mais elles sont beaucoup plus cheres et pas vraiment mieux, ici c'est douche froide au seau de rigueur, meme dans les pensions a 600m la chambre double ( 12euros environs)

Par contre les campings, ben il y en a pas ou presque pas. donc on sort pas trop les tentes en ce moment.

Que dire d'autre, les mozambiquains rigolent tout le temps, enfin quand on les voit .... il y a peut-etre un lien de causalite .......qui sais... en tout cas ils sont vraiment souriant et accueuillants, on a pas eu l'occasion de tester mais tout le monde nous a dit qu'il n;y aurait pas de probleme pour se faire heberger en cas de coup dur, il faudrait probablement accepter d'etre le centre d'interet d'une trentaine voir d'une cinquantaine de personnes mais ca promettrait des moments intenses.  

 

Bon ben voilou pour le moment a plus tout le monde, Guigui 



Publié à 15:33, le 18 juillet 2011 dans Vie quotidienne, Ilha de Moçambique
Mots clefs :
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Cuisine et independance


Voici en quelques mots notre quotidien concernant la nourriture et la boisson.
Nous avions (ainsi que beaucoup de nos proches) quelques craintes a ce sujet : trouverions-nous suffisamment, notamment de l'eau ? serions-nous obliges de manger des racines ou des insectes ? 
Nous vous rassurons, rien de tout cela.
En fait c'est Blue Band et compagnie...
traduction : on mange beaucoup de margarine , en tartine sur du pain de mie au petit dej et en matiere grasse pour la cuisine du soir.
 
Plus precisement :
- petit-dej a base de the + tartines (pain de mie + margarine, faciles a trouver dans le moindre petit hameau, et parfois miel ou confiture que l'on trouve uniquement en ville) 
- repas de midi en plusieurs prises sur le velo (comme la piquouze) : fruits (generalement bananes, jaunes ou rouges, petites ou grosses, toujours tres bonnes et pas cheres) et biscuits (beaucoup de tests peu concluants, vive les BN).
- repas du soir (apres l'apero si on n'est pas en pleine cambrousse, biere Kili + cacahuetes) : base de riz ou pates stockes en consequence depuis le gros village le plus proche, agrementes de legumes varies et generalement tres gouteux (oignons, tomates, carottes, poivrons, bananes plantin, avocats...), enfin dessert avec fruits (mangues et bananes qu'on trouve partout ou ananas et pommes cannelle si on est en ville)
 
Concernant l'eau, on arrive a s'approvisionner facilement a toutes nos etapes (a condition de dormir dans un campsite). On dispose d'un potentiel de stockage de 45 litres :
2 outres de 6l, 2 outres de 4l, 1 douche solaire de 20l et enfin 7 bidons de 700ml.
Le plus souvent nous ne remplissons que les bidons et les 2 outres de 6l, ce qui nous fait 17l pour la journee (boisson + cuisine du soir + petite toilette).
Si on prevoit de bivouaquer en pleine nature ou proche d'un village ne disposant pas de reserves (comme la plupart des villages masais), on embarque de 25l a 35l. 
En resume, l'eau n'est disponible que dans les infrastructures privees. Elles possedent des gros conteneurs contrairement aux petits villages. Nous n'avons jamais eu l'occasion d'utiliser notre super filtre a eau depuis une riviere (elles sont au mieux boueuses, au pire a sec). 
 


Publié à 14:36, le 23 mai 2011 dans Vie quotidienne, Arusha
Mots clefs :
Commentaires (6) | Ajouter un commentaire | Lien