Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Cape Maclear, un cap pas si clair...


Nous sommes arrives au Cape Maclear dans l'espoir de se reposer des 5 jours consecutifs de velo lors desquels nos jambes nous ont rappele qu'elles n'etaient plus habitues aux grosses randonnees...


Nos autres desirs etaient de profiter des activites nautiques diverses offertes aux nombreux touristes presents (kayak, snorkelling, plongee) dans des eaux qu'on nous avaient promises turquoisement paradiasiaques.

 

Le lever du soleil sur le cap


On a bien snorkelle et kayake (moyennant quelques dizaines de dollars) mais dans des eaux passablement troubles qui nous font dire que ce spot touristique est bien surcote. A moins que la saison joue un role, etant en hiver, on a subi un fort vent donc le lac etait bien agite et par consequence les eaux troublees de particules de vase. Donc conseil gratuit aux futurs voyageurs : faites le cap pendant l'ete austral.


Neanmoins, la visite du cap vaut le coup, ne serait-ce que pour l'arrivee sur la peninsule qui offre un panorama et un climat tres differents des environs. Avant de rejoindre les rives du lac, c'est quasiment la savane avec la chaleur accablante et la poussiere qui vont avec... ainsi que les singes qu'il est tres frequent de croiser au detour de la piste. Les iles qui sont croisent a une encablure du cap offrent elles une nature sauvage et presque inaccessible. Elles ne sont habites que par quelques babouins, petits mammiferes et egalement de migons oiseaux que nos guides d'un jour ont appates avec du poisson jete depuis le bateau. Cette seance etait aussi impressionnante qu'inattendue : juste apres s'etre restaures sur une ile durant notre journee de snorkelling et avant le retour au cap, nos guides se sont mis sans nous prevenir a siffler en direction du sommet de la colline que forme l'ile et a jeter du poisson de friture a l'eau. Le temps de nous demander a quel jeu ils jouaient, on a vu plonger du haut de l'ile, tour a tour, des gros rapaces qu'ont a reconnu comme aigle et faucon. L'aigle, plus prompt, s'est regale du poisson encore flottant, tandis que le faucon, frustre ou reconnaissant a fonce sur le bateau pour froler son toit de toile. Clotilde, aux premieres loges (ou en premiere ligne) en tremble encore... Il fallait bien ca pour egayer cette journee de snorkelling avare de soleil, de poisons multicolores et de fonds clairs.


La demi-journee de kayak suivante a ete beaucoup plus satisfaisante. Plus de soleil, moins de vent, moins de monde ; on s'est deniche une plage minuscule et vide ou on a pu faire un peu de farniente. Quand je dis vide, c'est sans compter les 2 pecheurs qui sont venu faire leur pause pipi (voire ...) derriere un rocher mais a 5 metres de nous... faut pas se formaliser, c'est la nature...

Au rayon bizzareries, le cap nous a offert la decouverte d'un charmant vendeur de superbes cartes postales prenomme Shakespeare. En passant, les cartes postales illustrent la vie quotidienne malawite au moyen de patchworks de tissus de l'artisanat local. Pour revenir a Shakespeare, il nous explique que son grand-pere lui meme prenomme William et fan de l'auteur anglais a donne a son fils le noms Romeo qui lui-meme a prenomme ses enfants Juliet, Othello, Hamlet et donc Shakespeare. Faut oser...

C'est donc apres 3 jours de repos qu'on a repris la route vers Lilongwe.

 

(Olivier)

 


Publié à 14:10, le 2 août 2011 dans News, Journal de bord, Cape Maclear
Mots clefs :
Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

il faut garder le cap

Coucou, enfin de vos nouvelles j'espérais que vous pourriez en donner a Cap mac clear mais apparemment vous avez du attendre lilongwe. Bon vous avez pas pu faire de plongée encore ??
Vous avez bien profite du lac quand même.

Bon passage en Zambie, je vais attendre les autres post pour voir comment c'est déroulée la route !!

Publié par guilhem à 14:06, 5 août 2011

Lien

@ Guilhem

ah oui ! j'ai oublie de preciser que les acces internet au Cape Maclear sont inexistants sans avoir son propre portable.
On profite de Lilongwe et de ses connexions hyper-rapides (si ! si !) pour rattraper notre retard.

Publié par Olivier à 14:11, 5 août 2011

Lien

légendes, légendes!!!!

ben tien c'est comme le Danube, qui l'a vu bleu et où à Lintz en Autriche il était d'un gris!!!!!
bon à part ça vous arrivez à peu près à faire ce que vous voulez. Alors vos bateaux ne m'inspirent pas du tout!!!! continuez bizn.

Publié par A.Marie à 22:35, 5 août 2011

Lien