Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Juin 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Il est cinq heures, le Mozambique s'est eveille depuis longtemps

   Nous sommes partis aux aurores de la pension de Suki, a Macomia. Il faut savoir que si le proverbe "l'avenir appartient a ceux qui se levent tot" vous a toujours paru infonde, c'est que vous n'etes jamais venus au Mozambique. Ici a 5 h, tout le monde est deja actif, et les petites boutiques sont ouvertes des 5h30. Il faut dire qu'il fait jour de 5h a 17h seulement, donc pas de temps a perdre. On n'arrive vraiment pas a s'habituer a voir le coucher de soleil a 16h30, nous sommes completement perturbes !!! Mais nous avons compris que nous devions nous adapter et quand nous pedalons nous nous levons a 5h, pour partir vers 6h30. De toutes facons, nous nous couchons aussi extremement tot : il nous est arrive d'aller au lit vers 20h, ce qui ne nous etait pas arrive je pense depuis nos 5 ans, nos mamans confirmeront! Bref !

   Nous sommes donc partis pour Pangane tres tot, et avons tout de suite emprunte une piste ensablee mais correcte. Assez vite, nous sommes rentres dans le parc naturel des Quirimbas, dont l'entree est libre. Nous etions partages entre le desir et la peur de voir des betes sauvages, prets a degainer l'appareil photo ou la bombe de poivre selon la bete en question. Mais nous n'avons vu "que" des singes, surtout des babouins, qui se cachaient (tres mal) derriere de hautes herbes pour nous regarder passer.

   Quelques villages sont installes le long de la piste, absolument charmants. De petites maisonnettes soignees, avec une structure en bois et des murs en terre marron-rouge, un toit vegetal en feuilles de palmiers, avec des palissades en roseau. Ces villages tres ruraux ont l'air de vivre en autonomie quasi totale, produisant leurs legumes et leurs cereales, elevant leurs betes, disposant chacun d'une pompe a eau en etat de marche. Tres peu de voitures circulent sur cette piste : autant dire que des acunia (equivalent local de mzungus, pour ceux qui suivent) a velo sont un spectacle rarissime. Et un spectacle comique : en fait, depuis que nous sommes au Mozambique les gens sont hilares sur notre passage, mais vraiment hilares, je crois qu'on aurait un nez rouge et de grandes savates vertes, on ne les ferait pas plus rire. On se demande toujours ce qu'ils peuvent bien faire comme reflexions car ils disent des trucs tres fort qui font rire tout le village ! Les enfants sont soit transis de stupeur, soit completement hysteriques et se mettent a hurler "acunia, acunia" parfois en dansant, et il n'est pas rare que les bebes se mettent a pleurer devant les monstres blancs. Voila les reactions sur notre passage !

   Apres une quarantaine de kilometres sur une route mauvaise mais roulable nous arrivons pres de la cote, et la ca devient tres dur. La piste est recouverte de sable blanc tres fin, impossible de rouler et tirer le velo sur ce sable, qui renvoie la chaleur ecrasante du soleil, est un travail de bete de somme ! Apres 4 kilometres en 1 heure nous etions epuises. Heureusement, nous avons pu gagner la plage, et tout simplement pousser le velo ou rouler sur la plage (a maree basse), ce qui etait bien moins penible.

  

à vélo sur la plage  

 

 Pangane, notre destination, se situe au bout du bout d'une baie. La plage y est absolument superbe : eau turquoise, sable blanc, cocotiers sauvages. Le village n'est pas touristique du tout a cause de son acces difficile, si bien que nous etions les seuls touristes le jour ou nous y sommes restes. Nous avons dormi dans la seule pension, tres agreable, ou nous avons deguste de delicieux poissons. Il faut dire qu'a Pangane la peche extensive est pratiquee intensivement. Que ce soit a maree basse, a dix dans l'eau pour tenir et rassembler un immense filet, ou pour laisser tremper au bout d'un fil un petit appat dans les flaques, ou a maree haute pour partir en pleine mer sur de grosses barques, tout le monde participe a cette activite locale : hommes, femmes et enfants. Les toitures en taule de tres nombreuses maisons sont recouvertes de poisson en train de secher, et l'on voit passer sans cesse des pecheurs tenant au bout d'un crochet leur belle prise de la journee.

 

les femmes à la pêche 

 

   Nous sommes donc restes une journee a nous reposer dans ce lieu calme et charmant, puis nous avons repris la route en sens inverse le lendemain, pour retourner a Macomia.  

   J'arrete la mon article, il est deja tard, presque 5h du soir !

   Eva


Publié à 15:48, le 5 juillet 2011 dans News, Journal de bord, Pangane
Mots clefs :
Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Nouvelles de Roquesteron

Nous pensons bien à vous en randonnant dans la caillasse ici il fait assez chaud sans doute moins qu'au Mozambique. Où allez vous maintenant.

Publié par Marie-Hélène à 18:51, 10 juillet 2011

Lien

Commentaire sans titre

avec toutes ces descriptions il me tarde encore plus de voir les photos!
Ici c'est l'inverse on a plutôt envie de vivre après 17h, car enfin on respire après une journée chaude!
Bisous à tous

Publié par célia à 09:05, 13 juillet 2011

Lien

On sait plus quoi mettre en titre à force

Ah ah couchés à 20 h sacrée Eva. Oui mais avec combien de litres de bières c'est ça aussi.
Bref, des aventures sympas encore une fois, avec des Pakistanais féministes en prime (c'était pas ça ?)!
On vous lit toujours régulièrement, pour le moment le contenu est de qualité et tient en haleine, ça va ;)

Publié par Célia (gers) à 18:25, 14 juillet 2011

Lien