Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Juin 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Et au milieu coule la Pangani River

L'avantage du velo, c'est qu'on peut sortir des sentiers battus : c'est ce que nous avons fait en decidant d'emprunter une piste pour rejoindre Pangani depuis Tanga. Nous avons beaucoup apprecie le debut du parcours, mais a la fin nous etions vraiment fourbus : a cause des secousses permanentes nous avons fini completement contractes, surtout de la nuque, aie aie aie, je pense que beaucoup de cyclistes connaissent ca. Mais n'exagerons rien, cela n'a pas ete une etape faite dans la souffrance : nous avons fait deux belles pauses, dont une baignade dans l'eau tiede de l'ocean, et une visite d'une mosquee du 14e, abandonnee depuis le 16e. Cette mosquee etait situee derriere une foret de mangrove, c'est a dire a la fois accessible en bateau, mais peu visible depuis la mer ... malin ! Nous avions ete attires par la description qui en etait faite : une mosquee construite en pierre de corail ... on se representait une sorte de palais merveilleux, il y des mots comme ca qui parlent a l'imaginaire poetique... mais en fait la pierre de corail est une pierre grise avec des trous, comme une grosse eponge dure. Arrives a Pangani, nous avons ete tres chanceux : on a ete abordes par un mec qui connaissait un mec qui faisait la navette pour Zanzibar et pour pouvait nous amener des le lendemain avec nos velos et tout : exactement ce qu'on voulait, mais qu'on pensait mettre du temps a chercher.Et heureusement, car on n'aurait pas voulu rester plusieurs jours la !Certes, cette ville ville coupee en deux par une riviere tres large qui se jette dans l'ocean est tres agreable, on y respire l'air marin et on profite du calme de la riviere, mais il n'y a aucun amenagement du tout pour se delasser en profitant du paysage, et la communication avec les gens etait tres difficile, car les gens y parlent tres peu anglais. Enfin, une belle etape tout de meme !

Eva


Publié à 17:23, le 4 juin 2011 dans News, Journal de bord, Nungwi
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien