Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Juin 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Etre ou ne pas etre mzungu....

Nous voici donc a Lushoto, entoures par de verdoyantes montagnes....et pour une fois que nous avons un peu de temps devant nous, on en profite pour raconter un peu plus notre quotidien....

Et oui, faire du velo en Afrique de l'est, ce n'est pas seulement passer pour des fous qui bravent le soleil brulant de l'apres midi (meme si c'est l'hiver ici...dans un mois ce sera pire), c'est surtout etre un MZUNGU, qui doit vivre avec tous les autres qui ne sont pas des Mzungu mais dont du coup on ne connait pas l'appellation.... c'est normal, ce sont les locaux....

Mzungu c'est notre 1er mot de swahili....le mzungu c'est l'europeen, le touriste, le blanc.... enfin on ne sait pas vraiment. Nous on en est c'est sur, mais les milliers de Kenyans et de Tanzaniens blancs sont-ils des Mzungu??? Les enfants, surtout les tout petits nous apellent comme ca, parfois de tres loin et nous font de grands coucous. Donc quand on roule, tous les km on entend de petites voix criant "Mzungu Mzungu" et on voit debouler sur le bord de la route plusieurs bambins qui cessent d'agiter leurs petites mains uniquement lorsque l'on n'est plus visible....parfois ca dure longtemps quand on est sur une route tres droite!!!

Le Mzungu se doit d'avoir de l'argent, oui au moins de l'eau. Ainsi,dans la region d'Arusha et autour des grands parcs (regions touristiques) "Mzungu" est souvent suivi de "money" ou de "water" ou plus exactement, de ce qui phonetiquement retranscrit donnerait "guimimoney"....

mais les gens ici sont tout de meme globalement tres contents de nous voir et "mzungu" est generalement suivi de jambo (bonjour) habari (comment ca va?) "good morning madam ou sir " (les enfants sont tres polis ici) ... et meme "afternooni" que l'on traduit, peut etre abusivement par "good afternoon" et bien sur, le plus courant, "awayou" = how are you... car ici on ne salue pas, on s'enquiert de la sante de son prochain et en anglais c'est plus chic.

le truc c'est que les enfants ne sont pas les seuls a utiliser le "mzungu"et ca nous a fait bizarre d'entendre pour le 1ere fois un adulte parler de nous comme ca...ex: un soir que l'on campait sur un terrain de foot il s'est mis a pleuvoir et nous avons demande a un gardien de demander a la proprietaire du bar voisin si l'on pouvait utiliser sa terrasse: il lui a demande devant moi comme ceci "les mzungu ont besoin d'une table ils peuvent venir ici" (elle a accepte mais ce n'est pas le sujet ici)

Donc nos journee se passent, avec ou contre le vent, mais toujours rythmees par les mzungu joyeux des multiples enfants des bords de route... les enfants sont en effet tres nombreux ici: certains vont a l'ecole, mais pas tous. Les ecoles sont impressionnantes: ils doivent etre 40 par classe et les cours de recre sont immenses et ouvertes. Les enfants sont omnipresents et ont une relle position sociale. Ils font de multiples corvees (s'occuper de splus petits, porter de l'eau...) et semblent tres respctueux des adultes; en meme temps ils sont tres libres et toujours dehors entre eux sans personne qui les surveille, c'est pour cela que dans les regions ou les enfants mendient ( a cause du tourisme) ca nous cree des probleme car ils peuvent etre penibles et il n'y a jamais personne pour les faire partir.  Une fois on s'est arrete dans un hameau de bord de route pour acheter des fruits et des legumes: il y avait 5 femmes et 35 enfants.....qui nous regardaient tous, c'etait tres genant d'avoir autant de paires d'yeux braques sur soi.

En fait, a chaque fois que l'on s'arrete dans un tout petit village, on est l'attraction de l'annee et tout le village se rassemble autour de nous en quelques minutes. Ceci donne lieu a des scenes tres droles,car chacun y va de son commentaire et comme ils veulent tous nous aider mais ne parlent pas tres bien anglais c'est souvent assez cocasse. En general, lorsque l'on s'arrete dans un village c'est pour acheter a manger ou pour demander notre route. Or, les gens d'ici ont souvent une connaissance approximative de leur region car ils ne se deplacent qu'a pieds et ne vont donc jamais tres loin. Ceci leur cause un vrai probleme pour ce qui est de l'appreciation des distances et du temps. Bon, pour le temps, on a souvent du mal a communiquer car l'heure swahilie se compte a partir de 6h du matin, qui correspond donc a 0h. POur les distances, c'est nettement plus marrant... ca va bien sur du panneau de signalisation qui n'indique pas le bon nombre de km (le camping est a 22km, puis a 6km, alors qu'on a deja fait 20km), au monsieur, tres bien intentionne, qui voulant nous renseigner sur le nombre de km pour joindre tel village, nous dit fierement que Chome se trouve a ... 8 o'clock........ du coup on n'a pas ete a Chome...ca nous semblait trop loin!!!

Clotilde

 

 


Publié à 16:23, le 31 mai 2011 dans News, Journal de bord, Lushoto
Mots clefs :
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Parcours

Vous ne nous dites pas ou vous en êtes de votre périple (1/4 - 2/4) et sur le parcours en détail on ne voit pas les noms que vous cités. Bon pédalage et vivement les photos

Publié par Marie-Hélène à 19:40, 31 mai 2011

Lien

Commentaire sans titre

il y a bientôt autant de monde aux étapes de votre parcours que pendant celles du tour de France !
on espère de superbes photos.surtout ne perdez pas votre appareil!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Publié par Anne Marie à 00:00, 1 juin 2011

Lien