Pédalons dans la savane
4 personnes, 4 vélos, 4 mois, 4 pays (non... 5 en fait). De Nairobi (Kenya) aux Chutes Victoria (Zambie) en traversant la Tanzanie, le Mozambique et le Malawi. Plus de 5000 kms avec la seule force de nos guibolles... et on espère, le vent dans le dos...

Rubriques

Etapes
Matos
News, Journal de bord
Nous, Us, Uns, Nosotros ...
Parcours initial complet
Parcours initial en detail
Vie quotidienne
Déjà parcouru

:

Nos albums


La carte des lieux visités


«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Déjà parcouru
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Sites favoris

<%letter%>

Flux RSS, Fesse-bouc ?



Visiteurs

Prendre un enfant par la main...

   Apres ces quelques jours de detente au Cap Maclear, nous sommes remontes sur nos selles, reposes et debarasses de nos courbatures. Le plus dur, ca a ete de nous dire que nous avions fait notre derniere baignade, hormis eventuellement dans les piscines des campings ou les rivieres pleines d'hippos. Mais il faut bien avancer ! Notre premiere etape allait du Cap MacLear a Mua. Ca s'est passe plutot en douceur, nous avons surtout fait de la piste en fait, d'abord celle pour quitter le Cap, ensuite une autre qui passait dans la campagne, tres agreable : on a croise des attelages de boeufs, et des troupeaux de zebus devant lesquels il valait mieux s'ecarter !

   En milieu d'apres-midi, nous sommes arrives a Mua, ou on avait l'intention de tirer des sous (il faut etre organises pour ca au Malawi!), peut-etre d'aller sur Internet... en fait Mua s'est revele etre un village minuscule et donc depourvu de tous ces services, mais tres surprenant ! Les "peres blancs", des missionnaires catholiques, y ont construit debut vingtieme une belle eglise et un genre de presbytere, qui detonnent completement dans le paysage local .Et il y a quarante ans, un pere quebecois y a elu definitivement domicile et a construit un lodge, mais surtout un musee et un centre culturel ou on trouve des masques et costumes traditionnels du Malawi, et des oeuvres d'artistes locaux. Le magasin du musee etait trop beau, avec des scultures en bois tres tres fines, et a des prix defiant toute concurrence ! Malheureusement on n'avait pas un rond. Deja, on s'est estimes heureux de pouvoir passer la nuit dans ce village, parce qu'heureusement ils acceptaient les campeurs, vu que le lodge etait dix fois trop cher pour nous. Pour la premiere fois du voyage, on s'est retrouves vraiment sans sous, avec seulement 500 kwachas pour acheter a manger, soit environ 2,5 euros. Heureusement, au Malawi, c'est possible ! Pour ce prix on a eu des tomates, des oignons, une douzaine de bananes, plein de pain, 3 samoussas, des cacahouetes, des mandarines... Un bonheur de faire ses courses !

 

Clotilde en mission a Mua


  Le lendemain, apres la visite du musee et la reparation d'une crevaison pour Olivier (la poisse revient !), nous sommes partis, sur la route reputee la plus chaude du Malawi... effectivement le soleil brulait, et encore, nous ne sommes pas a la saison chaude !  Meme si notre peau  commence a etre bien tannee apres 3 mois de soleil, on a quand meme fini la journee tout rouges... Nous sommes arrives le soir a Salima, qui ne presente pas un grand interet, sinon d'avoir des distributeurs d'argent ! Par contre, notre nouveau probleme est de trouver de l'essence ou de la parafine : essentiels pour qu'on puisse cuisiner. Et en fait, depuis quelques temps, le Malawi qui est approvionne en carburants via le Mozambique, ne peut plus payer ses factures a cause de la suppression des aides financieres venant de differents organismes internationaux, en raison d'une attitude peu courtoise du president malawite (pardon, son excellence, comme c'est ecrit sur les panneaux d'affichage!) envers l'ambassadeur de Grande-Bretagne. C'est donc le peuple qui paie les pots casses, l'essence est une denree tres rare, ce qui signifie pour les gens des heures d'attente le long des routes pour esperer trouver une place dans un des rares cars qui circulent, et pour ceux qui ont une voiture des heures d'attente devant les pompes a essence... si vous rajoutez a cela les coupures d'electricite a repetition, on comprend aisement qu'une grosse manif se prepare, pour faire suite a celle qui ont eu lieu deja il y a deux semaines, et qui ont fait vingt morts.

   Mais retour a nos velos. Donc hier, une dure etape nous attendait hier : 100km et beaucoup de denivele, puisque nous sommes partis de 500m pour arriver a Lilongwe a 1100, en passant par 1300 ! Ca a ete dur, mais franchement, le plus dur n'a pas ete pour nos jambes mais pour nos nerfs. Le gros probleme ici ce sont les enfants : ils sont incroyablement nombreux et, pas de chance, en vacances en ce moment, et ils nous assaillent toute la journee de "gimimoney", sur un ton qui peut etre agressif, en tous cas ca nous agresse. Et quand on traverse un village, et que 40 ou 50 enfants nous hurlent ca,c'est tres tres tres penible. Et comme le malawi est tres peuple, on ne peut s'arreter tranquillement sur le bord de la route sans voir rappliquer une bande de gamins. On n'a pas ce probleme avec les adultes qui sont tres gentils, mais on ne comprend quand meme pas pourquoi il ne mettent pas deux claques a leurs enfants quand ils les entendent mendier comme ca.

Bref, le MP3 dans les oreilles nous sommes arrives a Lilongwe, qui est, pour ce qu'on en a vu, une ville tres agreable, tres aeree et plutot verte. On a perdu pas mal de degres, on a meme eu tres froid cette nuit malgre nos duvets ! Nous avons par hasard retrouve les deux cyclotouristes belges qu'on avait croises sur la route (voir article de Clotilde), et un etudiant francais croise a Dar es Salaam il y a longtemps ! On est tous au meme camping et on a passe une soiree bien sympa hier a boire des bieres et participer a un quizz endiable en anglais ou malgre notre handicap linguistique notre score a ete tout a fait honnete !

A bientot... ou pas, enfin on espere quand meme pouvoir vous ecrire avant Lusaka dans deux semaines !



Publié à 14:47, le 5 août 2011 dans News, Journal de bord, Lilongwe
Mots clefs :
Commentaires (5) | Ajouter un commentaire | Lien